paroles

  • Genevois héritiers de Dalida

    Dimanche 28 septembre après-midi, Stand des candidats à Plainpalais

    Soleil, petite bise et sourires : un jour donc plus facile pour aborder les passants. Cependant c’est toujours la même résignation chez certain-e-s, alors que l’on se trouve devant l’opportunité unique de créer une constitution différente pour Genève.

    Et La Re-mar-que arrive, celle que je craignais:

    « Ah mais Madame, vous dites cela parce que vous êtes candidate » 

    Est-ce que les citoyens et citoyennes ont peur de se projeter dans leurs rêves, de partager leurs idées , de croire en l'avenir et de voter pour la personne qui leur correspond le mieux?

    Pour un peu j'ai cru que, après avoir lancer cette invective, cette personne allait chanter « Caramels, bonbons et chocolat, merci pas pour moi, » ou « Parole, Parole, Parole».

    Et pour donner mes impressions sur ces rencontres aléatoires et troublantes, j’écris pourtant avec ces mots…

    Encore, toujours, « rien que des mots »...

    Vraiment ?

    Jacqueline Roiz