08/12/2015

COP21 est schizophrène (ou comment lier COP21 et l’ultra libéralisation du commerce des énergies dans TiSA)

COP21 tenterait de coordonner la lutte contre le réchauffement climatique. Pourtant une cinquantaine de pays participants à cette belle conférence sont aussi en ce moment en train de négocier des accords TiSA* (accord international pour libéraliser le marché des services) et qui empêcheraient la transition énergétique...

Depuis ce mardi 8 et jusqu’à jeudi 10 décembre à Genève, ces pays vont discuter en particulier du chapitre énergétique de ce traité, appelé ERS (Energy Related Services). On y trouve le principe de « neutralité technologique » en matière énergétique. Une clause qui priverait les régulateurs nationaux du droit de distinguer les types d’énergie : pétrole, nucléaire, éolien, hydraulique, solaire, etc.

TiSA réduirait la souveraineté des Etats sur les ressources énergétiques en exigeant qu’ils ouvrent leurs marchés aux fournisseurs étrangers de services liés à l’énergie. Selon le texte révélé par Wikileaks, cet accord TiSA avantagerait les énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon) et nucléaires, actuellement plus concurrentielles, et empêcherait l’Etat de décider de subventionner la production d’énergie propre ou d’investir par exemple dans la mise à niveau des centrales hydrauliques, l'installation de nouvelles infrastructures et dans la recherche de nouvelles technologies ; par conséquent, cet accord freinerait la création de nouveaux emplois dans les énergies propres et anéantirait une transition énergétique.

Comment peut-on alors imaginer que l’Australie, les Etats-Unis, ou l’Europe soudain acceptent des accords contraignants à la COP21 pour réduire le réchauffement climatique, alors qu’ici, à Genève, ils négocient pour une ouverture sauvage du marché de l’énergie ?

 

 

*TiSA = Trade in Services Agreement

23:03 Publié dans Développement durable, Politique | Tags : cop21, tisa, energie, geneve, paris | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |