30/05/2018

Les trois de Briançons, accusés de solidarité, seront jugés jeudi 31 mai 2018.

Les 3,Briançons,procès,jugement,Gap,migrants,trafic,Montgenevre,frontière,France,ItalieAvez-vous entendu parler des « trois de Briançons » ? Bastien, Eleonora et Théo ont participé le 22 avril 2018 à une marche solidaire avec des migrants qui risquaient de se faire tabasser par des extrémistes de droite, sur la montagne à la frontière entre l’Italie et la France (Montgenèvre).

En effet, les jours d’avant ces milices voulaient faire leur propre justice, et empêcher à tout prix l’entrée de ces migrants, par exemple en les traquant comme des lapins la nuit.          

Aucun des membres du groupe extrémiste n’a été dérangé. En revanche, nos trois pacifistes ont été arrêtés à Briançon (parmi 150 manifestants), mis en garde à vue, puis emprisonnés aux Baumettes et, après dix jours assignés à un domicile français. Surréaliste, non ? Quand on pense que ce traitement est d’habitude réservé aux criminels, là il est appliqué pour délit de solidarité avec les plus faibles.

D’un autre côté, n’est-ce pas la preuve que les autorités, dans ce cas françaises, ne savent plus quoi faire ? Elles laissent des tabasseurs garder la frontière avec le risque de dérapage et en revanche arrêtent arbitrairement trois jeunes qui ont montré avec d’autres leur compassion, une valeur élémentaire et ancrée dans l’ADN humain, car sans cela nous serions tous déjà une espèce disparue.

Jeudi 31 mai 2018 aura lieu à Gap le procès de ces trois jeunes. Un procès ridicule, absolument pas équitable, un aveu de faiblesse du système. La répression de la compassion ? Une preuve que la France panique comme d’autres pays, devant une situation internationale insupportable, au point que des populations prennent tous les risques possibles pour s’en sortir et traverser la forteresse occidentale…

18:08 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | |