29/09/2008

L’agriculture fait pas bobo

Voulons-nous maintenir le secteur agricole à Genève?

Restons pragmatiques, oui l’agriculture permet de garantir la conservation des ressources naturelles et de nos paysages (Art. 104 de la Constitution suisse). Mais avant tout,  il s’agit de produire des denrées alimentaires !

A l’exemple de la constitution suisse, il sera nécessaire d’inscrire l’agriculture dans le concept du développement durable mais pourquoi pas en parlant d’agriculture diversifiée comprenant celle de proximité...

L’agriculture fait appel à une stratégie des trois piliers, économique, sociale, et environnementale.

Soutenir l’agriculture de proximité ce n’est pas faire l’aumône, c’est créer un système capable de maintenir et générer de l’emploi,  diminuer la consommation d’énergie (avec des produits de saisons et un transport organisé par quartier) et qui donne au consommateur la possibilité de contrôler la provenance et les conditions d’exploitations…

Quand à ceux qui rétorquent que cette agriculture est une affaire de bobos, qu’ils aillent voir de plus près, le public s’est diversifié et qu’à cela ne tienne pour que cela soit encore mieux: qu’ils demandent aux autorité de fixer des contrats avec leurs agriculteurs ou agricultrices les plus proches. Si elles (les autorités) acceptent de sacrifier les fraises en hiver...

Les établissements publics avec des panneaux solaires c’est bien mais des hôpitaux et cantines scolaires qui serviraient des produits du terroir au gré de la saison (différents mais pas plus chers), ça serait quand même plus intéressant…

Jacqueline Roiz

23:12 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |

Commentaires

L'agriculture de proximité, à Genève, a forcément un programme pour les denrées produites en Haute-Savoie (par exemple, un programme douanier), car la consommation d'énergie diminuée, c'est aussi penser à l'énergie dépensée par les salariés de Genève qui habitent très loin, sur des terrains agricoles déclassés en Haute-Savoie. Avez-vous pensé à dédouaner l'importation du reblochon, par exemple ?

Écrit par : R.M. | 30/09/2008

Pas vraiment, pas le reblochon, mais c'est une affaire à suivre ;)
Bonne journée

Écrit par : Jack_line | 30/09/2008

Mais l'agriculture de proximité, c'est quand même plus le reblochon que le camembert.

Écrit par : R.M. | 30/09/2008

puisque vous insistez ok donc mettons du reblochon de haute savoie dans nos tartines.

Plus sérieusement, il est clair que notre intérêt est de penser proximité dans un concept lié à l'agglomération franco-valdo-genevoise et ca ne va pas être une pair de manches si l'on veut atteindre via ce concept les trois objectifs "emploi énergie consommateur".

Je me réjouis de voir dans 4 ans la constitution nouveau cru.

Écrit par : Jack_line | 08/10/2008

bon puisque vous insistez, je veux bien essayer le reblochon savoyard dans mes tartines.

Plus sérieusement, effectivement il faudrait penser proximité dans un concept de l'aglomération franco-valdo-genevoise, et ca ne va pas être une partie simple, si l'on veut atteindre les objectifs/arguments que j'ai écrit en gras dans mon texte) : emploi - énergie - consommateur.

Je me réjouis de voir dans 4 ans la constitution nouveau cru.

PS: Faudrait aussi penser au vin? ;)

Écrit par : Jack_line | 08/10/2008

Les commentaires sont fermés.